Akwaba

   Anyama et la région de la Mé

La région de la Mé est située dans le sud-est de la Côte d’Ivoire. Elle a une superficie de 8237km². Le chef-lieu de la région est Adzopé, constitué des 4 départements suivants : Adzopé, Akoupé,  Alépé, Yakassé-Atobrou. La région compte 6 communes, 17 sous-préfectures et 117 villages. La population totale est estimée à 514700 habitants.

Située dans la zone forestière, La région de la Mé  est composée majoritairement de l’éthnie Akyé et dispose d’énormes potentialités sur le plan agricole, avec la culture du café, du cacao de l’hévéa, du palmier à huile et autres cultures vivrières de grande importance pour la consomation locale.Il faut noter une  forte population active à dominance agricole composée de plus de 50% de jeunes potentielement dynamiques. Les secteurs agricoles ci-dessus  cités offrent des perspectives d’industrialisation si nous arrivons à nous organiser. Néamoins, on y trouve de petites unités de transformation telles que l’unité de presse de citrons

et l’unité de fabrication d’attiéké sans oublier aussi 4 grosses industriesde transformation du bois.

La région est dotée également de quelques  zones touristiques telles que le lagune Potou, la Comoé vers Koutoukro, les comptoirs CFAO et ESCOA, le lac d’Ingrakou, la forët de bamboo de chine sur la rivière Monnèkoi et les montagnes aux miracles apellées les jumelles Mafa Mafou situées dans le village de Bécédin Brignan. Nous pouvons encore citer la ferme piscicole de Moussa Badau, la SAP () de la Mé qui dispose à son sein, d’une usine de la spiruline ().

Quant au département d’Anyama, il a été rataché au  district d’Abidjan depuis 2001. IL regorge environs de 146000 habitants et compte 9 villages qui sont Ahouabo, Anyama-Adjamé, Yapokoi, Ebimpé, Akéikoi, Azaguié-Blida, Quatre-Croix, Thomasset, Abébroukoi. ANYAMA regroupe à son sein quelques industries privées telles que UNICAFE, SICAFE et une scierie. Il serait interressant de souligner que 53% du commerce et le transport sont détenus par la population malinké qui a fait d’Anyama, un grand centre de commerce de la cola.

La culture du café et celle du cacao sont laissées aux autochtones et constituent donc leur première source de revenue.

La base de la prospérité du département D’Anyama reste donc la production et la commercialisation de la noix de cola.Le département d’Anyama et la région de la Mé forment désormais la région Akyé. Vous observerez que dans nos écrits et nos discours nous parlerons de la région Akyé. IL n’est plus question de se laisser distraire par la politique et de succomber à leur plan infructueux. Nous, diaspora, devrons considérer que désormais nous sommes un et indivisible et que nous devrons conduire notre destinée et la destinée de notre peuple sur la route du pouvoir économique en conjugant nos efforts à redresser le bien être social et le futur de notre région. Assez, c’est assez ! On nous assez divisés, pour le meilleur restons unis.